Sarracenia et fleur d’Araceae, un exemple du principe de Convergence Evolutive

La convergence évolutive est un mécanisme qui pousse des espèces n’ayant pas de parenté proche à développer un phénotype similaire car leur environnement leur impose des contraintes similaires. En d’autres termes, des plantes éloignées génétiquement peuvent avoir tendance à se ressembler morphologiquement car elles subissent des pressions identiques pour une certaine fonction.

 

Prenons un exemple concret. La plante ci-dessous est un Arisaema ciliatum (de la famille des Araceae) aussi appelé « Cobra lily », tout comme le Darlingtonia californica, qui signifie « Lys Cobra ». La forme de la fleur ressemble étrangement aux pièges de Sarracenia ou aux « uppers » de certains Nepenthes, et cela n’est pas une coïncidence.

Arisaema ciliatumArisaema ciliatum

Cette fleur, appelée Spathe, a beaucoup de point commun avec nos plantes carnivores car sa fonction est la même. En effet, elle « piège » les insectes à la base du spadice (excroissance au centre de la fleur portant les organes reproducteurs – pollen et/ou pistil-) qui ne peuvent ressortir sans être couvert de pollen, parfois plusieurs jours plus tard.

L’attraction des insectes à la base du spadice est une pression évolutive qui a sélectionné le phénotype que nous voyons actuellement, c’est à dire une forme tubulaire, une sécrétion d’odeurs particulières, un opercule pour ne pas que la pluie ne remplisse le spathe et le casse… Un peu comme les Sarracenia et les Nepenthes.

Nepenthes rafflesianaHebergeur d'image
Nepenthes rafflesiana & Sarracenia leucophylla x « Juthatip soper »

 

Ce mécanisme est aussi celui à la base des différentes familles de plantes carnivores utilisant des pièges à glu. Le substrat étant pauvre, les individus pouvant sécréter du mucilage ont été sélectionné car cela leur apportait un avantage certain sur les autres. C’est pour cela que des genres assez éloignés génétiquement comme les Drosera, les Pinguicula ou encore les Byblis (voir arbre phylogénétique ci-dessous) ont développé des pièges à glu, car les pressions environnementales étaient les mêmes.
arbre phylogénétique
Enjoy !

 

crédit photo :

http://www.promessedefleurs.com/

http://nepenthes.merbach.net/

http://www.cafe-sciences.org/

Publicités

4 réflexions au sujet de « Sarracenia et fleur d’Araceae, un exemple du principe de Convergence Evolutive »

  1. Ping : PhagoPhytos fête ses 1an ! | PhagoPhytos

  2. Kiwano

    A préciser cela dit : la convergence évolutive que l’on pourrait remarquer entre les Sarracenia et Nepenthes puis Arisaema ciliatum est assez relative, puisqu’en effet les plantes carnivores cherchent à attirer des proies pour palier aux carences azotées et phosphorées tandis que le lys cobra cherche uniquement à être pollinisé. Ainsi même si la méthode employée est similaire, le but à atteindre n’est pas le même.

    Répondre
    1. phagophytos Auteur de l’article

      Je pense que dans les deux cas, le but est d’attirer les insectes voire de les piéger (certaines Araceae piègent littéralement les pollinisateurs dans les fleurs pour assurer leur reproduction). La cause de cette attraction en revanche est différente.

      Répondre
  3. Ping : Phagophytos fête ses deux ans !! | PhagoPhytos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s