Le Salar d’Uyuni – Paysages, écologie & botanique

Ces deux derniers mois, j’étais basé en Bolivie dans la ville de La Paz afin d’étudier l’écologie et les plantes du Salar d’Uyuni. Même si cet écosystème est unique en son genre, aucune étude scientifique dans les domaines de l’écologie ou de la biologie/botanique n’y a été conduite jusqu’à présent. Nous commençons à peine à entrevoir la grande diversité végétale présente dans ce milieu qui peut pourtant paraître relativement incompatible avec la vie.

En effet, le substrat est plus ou moins salé en fonction de sa proximité avec la croûte de sel, la pluviosité est inférieur à 200mm par an et est répartie entre Décembre et Février uniquement (saison des pluies) ce qui en fait une zone dite « désertique » (source : Weatherbase), l’altitude de 3655m et la sécheresse générale engendrent des températures exceptionnelles qui peuvent culminer à presque 40°C le jour et -30°C la nuit (source : Weatherbase), enfin, comme si ce n’était pas assez, les indices UV sont tellement élevés qu’ils dépassent largement l’échelle qui s’étalonne de 1 à 11 en allant jusqu’à 14 ou 15 sans problème (en comparaison, on dépasse rarement les 6-7 en France au milieu de l’été dans les zones les plus ensoleillées).

Cette diversité incroyable et méconnue est malheureusement menacée. En effet, les plantes étudiées se retrouvent sur des îles perdues au milieu du Salar (voir image 3) et avec le réchauffement climatique, elles ne peuvent pas migrer en altitude ou en latitude pour compenser la hausse des températures et sont donc vouer à disparaître de ces îles. De plus, le Salar d’Uyuni étant le plus grand salar du monde, il regroupe la majorité des réserves de lithium du « triangle du lithium » estimée à 70% des réserves mondiales, et son exploitation pourrait avoir des effets désastreux sur la biodiversité.

 

Le Salar d’Uyuni, localisation, histoire et écologie

On trouve ce salar dans le Sud-Ouest de la Bolivie, au centre de l’altiplano bolivien. Avec ses dimensions incroyables, 150km de large, 100km de long pour une superficie d’environ 10 600km², il est grand comme deux départements français (plus que la Corse) et peut donc être vue de l’espace (voir image 1).

Hebergeur d'imageImage 1 – Situation du Salar d’Uyuni en Bolivie.
Hebergeur d'imageImage 2 – Le Salar d’Uyuni.

Comme nous l’avons dit, au milieu du salar se trouvent de nombreuses îles de taille variée (quelques mètres carré à plus d’1km, voir images 3 et 4). On estime sa formation à environ 10 000ans. Il était alors un très grand lac reliant le Lago Poopo et même le Lago Titikaka ! Son assèchement, dû à un réchauffement climatique il y a environ 20 000ans, a laissé une croûte de sel composée de différentes phases dont la profondeur atteint 120m par endroit.

Hebergeur d'imageImage 3 – Les îles du secteur Sud du Salar d’Uyuni.
Hebergeur d'imageImage 4 – L’île Pescado (au centre) et ses petites îles satellites (au-dessus et dessous).

Selon les premiers résultats de nos études, la richesse spécifique est différente en fonction des îles. Comme l’avaient déjà théorisés McArthur & Wilson en 1963-1967, nous avons remarqué que plus les îles sont grandes, plus il y a d’espèces différentes, de même, plus l’île est isolée et loin du bord, moins nous trouverons d’espèces différentes. De plus, nous avons remarqué que la richesse spécifique était corrélé à l’altitude des îles qui peut être un bon proxy de la diversité d’habitats. Enfin, nous avons remarqué que les plantes étaient différentes si l’on se trouvait sur les bords ou sur les îles et si l’on se trouvait dans le secteur Nord ou Sud du Salar.

 

Hebergeur d'imageImage 5 – Le volcan Tunupa (ou Mama Tunupa en Aymara) qui domine le Salar.
Hebergeur d'imageImage 6 – Le Salar est si vaste que l’on n’en voit pas la fin.
Hebergeur d'imageImage 7 – Les caractéristiques hexagones de sel.

 

Les plantes du Salar d’Uyuni

La très grande majorité des plantes que l’on trouve sur les îles du salar possèdent des épines et sont très odorantes. Ces deux caractéristiques sont des techniques classiques de défense pour ne pas se faire consommer par des herbivores comme les Viscachas ou les Vigognes (voir photo 8). En effet, le manque d’eau contraint les plantes qui ne peuvent pas produire beaucoup de feuilles. Ainsi, chaque feuille « coûte » très cher à la plante, et pour ne pas gâcher un tel investissement d’eau et de minéraux, elle les protège en les rendant très odorantes (répulsifs à herbivores) et/ou en les couronnant d’épines (photos 9 et 10).

Hebergeur d'imageImage 8 – Des Vigognes traversent le Salar en quête de nourriture sur une île.
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Images 9 et 10 : Le Trichocereus pasacana et ses longues épines.

 

Enfin, voici quelques photos des plantes trouvées sur ces îles.

 

Adesmia polyphylla
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image

Astragalus asplundii
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image

Cumulopuntia boliviana
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image

Echinopsis ferox
Hebergeur d'image

Ephedra breana
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image

Haplopappus rigidus
Hebergeur d'image

Le coup de cœur : Hoffmannseggia minor
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image

Junellia seriphioides
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image

Liliaceae inconnue
Hebergeur d'image

Lophopappus cuneatus
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image

Melinia parviflora
Hebergeur d'image

Sarcocornia pulvinata
Hebergeur d'image

Suaeda foliosa
Hebergeur d'image

Trichocereus hybride ?
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image

Trichocereus pasacana
Hebergeur d'image

Tunilla soehrensii
Hebergeur d'image

Quelques cactus mutés pour finir
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image

 

 

Une petite vidéo pour finir :

Enjoy !

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le Salar d’Uyuni – Paysages, écologie & botanique »

  1. Ping : Phagophytos fête ses deux ans !! | PhagoPhytos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s