A la découverte de 2 sites naturels de Grassettes en Savoie

Depuis de nombreuses années j’ai le plaisir de suivre attentivement l’évolution de plusieurs sites où poussent conjointement Pinguicula vulgaris et Pinguicula alpina. Je vais ici vous présenter rapidement deux d’entre-eux, radicalement opposés.

 

Le premier est situé autours d’une petite mare où les sangliers aiment venir se laver régulièrement, ne permettant pas à l’écosystème en place de se stabiliser et de se couvrir de végétation. Il semble en effet que les « grassettes » soit plutôt des plantes pionnières qui ont besoin de ces perturbations du milieu pour pérenniser leur population. De plus, les grandes herbacées étant fauchées deux fois par an (cf photo), la prairie reste ouverte et très ensoleillée (exposée plein Sud).

Le premier site :

Hebergeur d'image

quelques Pinguicula vulgaris

Hebergeur d'image
Hebergeur d'image

Le second site en revanche est situé aux alentours d’une source naturelle en sous bois où la lumière est bien moins présente. Cette population située à quelques centaines de mètre de la première a tendance a régresser au cours du temps, probablement à cause de la rude compétition avec les herbacées pour l’accès à la lumière.

Le second site :

Hebergeur d'image
Hebergeur d'image

Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image

Globalement, les grassettes ont produit beaucoup moins de fleurs cette année, cela provient peut être du printemps pluvieux et froid qui a occasionné du retard dans la croissance des plantes…

Enjoy !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s